Anonymous s'attaque à la politique américaine ... "Fini de rigoler !"


Justiciers dématérialisés, hacktivistes anonymes, les Anonymous souhaitent non seulement secouer la campagne américaine mais également mettre un terme à celle de Donald Trump campagne. Cela ne sera pas facile…

Depuis le début de sa campagne, le candidat milliardaire à la primaire républicaine assure une sorte de coup médiatique permanent, secouant le paysage politique américain et provoquant de nombreuses réactions.

L’homme à la coiffure improbable s’est finalement à nouveau mis à dos le groupe d’hacktivistes connus sous le nom d’Anonymous. Dans une vidéo, un homme portant le célèbre masque de Guy Fawkes indique déclarer "une guerre totale" contre le candidat.

Les Anonymous ne visent, semble-t-il, pas seulement à mettre hors ligne les sites liés à la galaxie Trump, grâce à des attaques en DDoS, mais cherchent apparemment aussi à découvrir des faits embarrassants pour pouvoir ensuite les jeter à la vindicte populaire. "Nous avons besoin de vous pour mettre un terme à sa campagne et saboter sa marque", explique la vidéo.

Pourquoi les Anonymous s’attaquent-ils à Donald Trump ? Parce que sa "campagne inconsistante et haineuse a choqué les Etats-Unis d’Amérique et la planète entière avec ses idées et ses actions affligeantes". Ainsi, les hacktivistes encouragent à se rallier au hashtag #OpTrump et souhaite faire tomber le site TrumpChicago.com le 1er avril prochain.

D’autres sites "professionnels" comme Trump.com, donaljtrump.com ou encore trumphotelcollection.com sont visés, tout comme deux sites de campagne donaltrump2016online.com ou citizensfortrump.com.

A l’heure actuelle les Anonymous ont déjà mis en ligne des informations personnelles pas encore avérées de Trump et de son entourage, y compris son numéro de sécurité sociale. En 2015 déjà, le candidat républicain s’était attiré les foudres des Anonymous après ses propos extrêmement violents contre les musulmans.

Difficile de savoir si l’opération des Anonymous va ébranler Donald Trump et terrasser sa campagne. Un indice peut-être. La vidéo a été postée le 4 mars dernier et n’avait jusqu’à présent pas fait grand bruit…

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

X
... sur les réseaux :