Énorme CLASH entre Audrey Pulvar et Samy Naceri sur D8 - La vidéo qui buzz


Samy Naceri était présent sur le plateau du Grand 8, ce 22 janvier, sur D8. Le comédien était venu défendre sa pièce, L'Indien cherche le Bronx, mais c'est surtout sur Charlie Hebdo qu'il a été interrogé.

Audrey Pulvar lui a posé la question : "Êtes-vous Charlie ?". Samy Naceri a répondu que "Charlie Hebdo" avait sans doute exagéré dans ses caricatures de Mahomet :

NACERI : "Je ne veux pas rentrer là-dedans mademoiselle parce que j'estime, encore une fois peut-être, que je vais me faire mal voir... C'est malheureux, vraiment c'est triste, c'est horrible, tous les mots les plus... Il n'y a pas de mot assez fort pour dire combien ces journalistes qui se sont fait tuer comme ça, les familles qui sont en train de pleurer... C'est horrible. Mais laissons la religion, s'il vous plaît ! Arrêtons ! On a eu 17 morts, des millions de policiers qui étaient là, tous ensemble à essayer d'attraper ces mecs, des gens qui pleuraient leur famille, est-ce qu'ils vont revenir ou pas... Et on remet une couche le lendemain avec 7 millions d'exemplaires avec le prophète... S'il vous plaît, arrêtez ! Arrêtez ! On a eu 17 morts ! On ne savait pas comment ça allait se passer dans cette boucherie cacher. Il y aurait pu y avoir un carnage, il y avait un enfant... Ils auraient pu tuer tout le monde ! Pourquoi remettre une couche ?"

PULVAR : "Donc ils ont raison, en fait les tueurs ?", demande Audrey Pulvar, calme, mais vraisemblablement peu d'accord avec les propos de Samy Naceri.

NACERI : "Non, pas les tueurs ! Est-ce que Charlie Hebdo a le droit ? C'est le prophète ! C'est comme Moïse, c'est comme le Christ ! C'est comme les orthodoxes. Ne touchons pas... Avant, il y avait des lois, on n'avait pas le droit de toucher à Pompidou, à Mitterrand... C'était interdit. (…) Pourquoi remettre une couche ?"

PULVAR : "Parce que c'est notre liberté."

 

Au bout de quelques minutes, la chroniqueuse Hapsatou Sy tente de mettre un terme au virulent débat et demande à ce que l'on recentre l'interview sur la pièce…

Voici l'extrait de cette "confrontation" ...


Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

X
... sur les réseaux :