Johnny Hallyday - Pourquoi un "hommage populaire" et pas un "hommage national" ?


La mort de Johnny Hallyday a laissé la France hagarde, après la disparition de son icône, ce mercredi 6 décembre. Un hommage populaire se prépare pour la star : mais pourquoi pas un hommage national ? Quelles différences ?

Comment réussir à rendre hommage à Johnny Hallyday ?
Depuis mercredi 6 décembre, jour de la mort du rockeur yéyé devenu icône de toute une génération, la France pleure.

Rapidement, se pose la question des obsèques : comment saluer l'immensité de l'interprète de Que je t'aime ?

Hier, aux alentours de midi, son manager a donné plus de détails sur la cérémonie grandiose qui se prépare.
Le cercueil descendra les Champs-Elysées, pour passer place de la Concorde avant de s'arrêter à l'église de la Madeleine.
Le couple présidentiel sera présent, ainsi que 100 à 500 bikers.

Les choses sont vues en grand, mais on ne parle pas d'"hommage national" pour préférer "l'hommage populaire".

Une décision prise en accord avec la famille, pour respecter la mentalité du défunt : l'hommage national est bien plus formel et suit des règles très précises.
Il doit avoir lieu au Panthéon ou aux Invalides, et publié dans le Journal Officiel.
Le président de la République doit ensuite prononcer un discours au défunt, dont le cercueil est orné d'un drapeau français.

Autant de formalités qui n'auraient pas plu à la légende du rock, ont estimé ses proches.

"Ça fait 50 ans que, lui, fait un hommage populaire à son public.
Donc je trouve ça normal que le public et la France lui fasse un hommage populaire", a notamment déclaré Pierre Billon, l'un de ses amis.

L'hommage sera donc inédit pour Johnny Hallyday ... à l'image de sa vie aventureuse. Celui-ci sera inhumé lundi, à Saint Barthélémy.

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

X
... sur les réseaux :